Points de vue croisés : Texier – Mathé

point_de_vue_croise_texier_Voici le troisième épisodes de nos points de vue croisés. Continuons avec la génération « quinqua » : Pascal Texier (coach de la D5 avec Tomarchio) et Dominique Mathé (capitaine de la D5). Les « vieux » nous donne leurs ressentis sur l’année en cours et tout le reste…

Depuis combien de temps es-tu à l’OL ? Raconte nous ton parcours de footballeur ?

PT : « J’ai eu deux séquences Léodgarienne : de 13 ans à 19 ans où je jouais comme ailier gauche (le numéro 11 est mon numéro fétiche). J’ai été formé par Léopold Landreau, François Michaud et Christian Bonneau. En cadet c’est mon père Michel Texier qui s’occupait de l’équipe, j’en garde un savoureux souvenir. Avoir passé tous ces moments avec lui sur les terrains de foot était superbe, c’est lui qui m’a transmis la passion du foot. Il m’a inculqué l’esprit d’équipe, le goût de l’effort et le partage des troisième mi-temps.
Puis en junior 1,  j’ai vécu une année extraordinaire auprès de copains plus âgés (James, JP, Sergio, les frères Gadioux, Philippe Coulais, etc..), ils m’ont sous leur ailes, et je les remercie pour ça. Mais le plus beau fut la victoire en coupe des Deux-Sèvres contre les Chamois qui avaient alignés la grosse équipe avec des joueurs qui évoluaient d’habitude en national ! J’ai les images en tête comme si c’était hier : je revois Philippe Coulais notre capitaine, lever la coupe après notre victoire 1 à 0, sur un but de ma part. Puis j’ai arrêté le foot à L’OL, car je suis parti travailler à Paris. Après un an je suis revenu à Niort, à cette époque mes parents avait un café restaurant à Souché, j’ai donc signé une licence dans ce club. Puis je suis parti à St Flo rejoindre des copains (j’y ai fait la connaissance de Nounouille, qui est lui aussi devenu Leodgarien) surtout pour y faire du Cabaret pendant trois ans. Mon retour à Saint-Liguaire est dû à mon fils Valentin qui lui aussi à attrapé le virus de la passion du foot très tôt. Et à la rentrée suivante, j’ai commencé à m’occuper des débutants pendant trois-quatre ans. D’ailleurs c’est sympa car dans mon équipe actuelle j’en quel ai quelques un qui on commencé avec moi. Sans me rappeler des années précises, je me suis occupé des 17 ans districts, aussi des 15 ans, d’une catégorie disparus qui s’appelait les espoirs mais c’était plus une équipe de « désespoirs ».  En me relisant je vois que cela va faire 20 ans que je suis présent au club. Mais j’ai eu des moments où je n’ai rien fait de précis. Et je suis aussi, du moins je l’espère (rire), le speaker officiel des grands moments de convivialités de notre club, comme le tournoi des petits, le vide grenier et quelques matchs de Coupe. Et depuis deux ans, coach de la réserve B avec Salva et c’est une merveilleuse aventure humaine et sportive . »
DM : « Depuis une dizaine d’années dès lors qu’Alex a choisi en toute liberté de venir apprendre le football à l’âge de 7 ans sur les terres de ses aïeux. Déjà très clairvoyant ce petit !  C’est une succession de traits d’union. Un démarrage à quatorze-quinze ans à l’OL ans avec Francky, Phis, Berty et bien d’autres… Un arrêt très prématuré puis quelques années à l’Union Sciecquoise. Pour approfondir ma culture ou au détour d’une aventure, 16 mois au Newburn Mémorial FC (suburb town of Newcastle upon Tyne) où j’ai pu me frotter au famous british flair (une imposture actually !). Très protégé au sein de ton équipe, à partir du moment où le frenchy est dévoilé, tu deviens le joueur à abattre pour des adversaires qui pratiquent dans un championnat dont les déplacements ne portent même pas jusqu’à Sunderland (only 8 miles séparent St James Park du fucking Stadium of Light). Tremendous and Unforgettable Experience in the North East !!! Retour à Sciecq-Saint-Rémy quelques années. ET enfin l’USM de 38 à 42 ans. Quand j’ai signé à Noël, un dirigeant de Mauzé a appelé à la maison pensant devoir corriger d’une dizaine l’année de naissance !!! Particulièrement grâce à François (Arnault), The Boss, j’ai vécu des moments forts avec les mauzéens (deux montées et la Coupe des Deux-Sèvres). »
Qu’espères-tu pour la fin de cette saison ?
PT : « Je souhaite de tout cœur que le groupe de Ludo va décrocher la montée en DHR et faire un coup en Coupe du Centre-Ouest, ça serait génial d’être obligé de décaler les 50 ans pour aller voir la finale à l’île de Ré. Puis si un petit coup de main venant de Neuil les Aubiers pouvait aider François à faire monter son équipe ça serait Top. Et Bien évidemment la montée en D4 ! Car pour le groupe cela sera une belle récompense et un grande satisfaction. De plus pour le club, cela offre malgré tout, un réservoir de joueur supplémentaire et nous permet de garder des copains qui ne seraient peut être plus chez nous sans cette équipe. Enfin, que notre fête des 50 ans soit une belle réussite et j’espère y revoir de vieux potes. Car le foot c’est le plaisir du jeu, mais c’est surtout le plaisir de partager, le plaisir de se « défoncer » pour une équipe. »
DM : « L’objectif doit être atteint : mener l’équipe en D4 afin de proposer au club un véritable rôle de deuxième réserve. L’initiative prise par quelques uns a permis de maintenir en activité certaines personnalités, de faire jouer des gars qui seraient partis et surtout elle contribue largement à la dynamique du club. La qualité d’une seconde réserve c’est souvent le révélateur du bon niveau de fonctionnement d’une structure comme l’OL. En ce sens, tout au moins, c’est une réussite ! »
Votre duo avec Salva est une réussite jusqu’à présent, quelle est votre recette ?
PT : « La recette est simple et très naturelle : beaucoup de passion, de plaisir, de rigueur, de confiance et du respect, chacun à sa place ! Je m’occupe de tout sauf de la tactique, ça c’est le savoir faire de Salva et il le fait très bien. Mais ce qu’il fait le mieux c’est « la remontée de bretelles » à la mi-temps, cette homme est un vrai passionné, un gagneur. Il est d’une grande exigence auprès de tous et le transmet très bien. J’aurai aimé avoir un coach comme lui quand j’étais joueur. Il ne supporte pas que les joueurs ne donnent pas tout pour l’équipe et je partage ce sentiment. Pour résumé je crois que notre complémentarité est naturelle, c’est un vrai et grand plaisir de le retrouver lui et l’équipe tous les weekend depuis presque deux ans. Et le plus grand plaisir c’est de voir des hommes de 20 à 49 ans prendre du bon temps ensemble. »
A 47 ans, tu dois être fier d’être le capitaine de la D5 ?
DM : « C’est un Honneur. C’est vraiment bon de pouvoir encore partager, avec l’ensemble de copains qui composent ce formidable groupe, des moments de vestiaire, des combats de terrain et des boîtes à pharmacie (de bonne facture, elles au moins) ! »
Tu vas re-signer l’an prochain ?
PT : « Oui une licence de joueur afin de pouvoir courir avec les vieux un jeudi sur deux . Mais je ne serai plus le « coach de la réserve B », il est temps de laisser la place à d’autre pour continuer cette belle aventure. »
DM : « Signer c’est certain… »
Ton prono pour la réception de Souvigné St Martin dimanche ?
PT : « J’espère que nous allons soigner notre goal average ! Et que les gars vont se faire plaisir. »
DM : « Retrouver une efficacité pour mener rapidement et pouvoir accentuer le goal average ! »
PSG ou OM ? PT :  Je sais fils, ça te fait mal, mais Droit au but : allez l’OM ! DM : Newcastle United FC for ever ! 
Blonde, brune ou rousse…? PT : Bien sur moi je parle de femme car la bière j’en bois peu, donc pour me mettre ma douce dans la poche : Blonde. DM : Brune, at least je suis open au mariage avec toutes…(rire).
Ricad ou whisky ? PT :  Là il n’ y a pas photo, je vote Monsieur Paul Ricard (un bienfaiteur de l’humanité). DM : Ricard ou Single malt
Morisse : N°5 ou N°9 ? PT : Je pose mon joker (rire) ! DM : Plutôt du style « eau jeune », non (rire)

 

This article has 2 Comments

  1. Dom nous montre également , que l’OL est international…Bravo messieurs pour cette formidable saison, encore 4 matchs pour qu’elle se termine, espérons-le, en apothéose….

Les commentaires sont fermés