Mais où s’arrêtera Saint-Liguaire ?

Ludovic Guérineau, le coach léodgarien.Ludovic Guérineau, le coach léodgarien. – (Photo archives NR)

L’Olympique léodgarien est en passe de retrouver son lustre d’antan. Longtemps formation cadre de division d’honneur, le club présidé par Katia Poncelet a connu une période de vaches maigres qui l’a fait chuté de trois divisions. Aujourd’hui, en s’appuyant sur sa politique de toujours qu’est la formation, Saint-Liguaire retrouve avec cette accession en DHR, un niveau plus en rapport avec son statut. Grâce à un travail de longue haleine, recommencé avec les arrivées à la tête de l’équipe première de Ludovic Guérineau, secondé de main de maître par Francis Trencia.

Un autre challenge

« J’ai tout de suite cerné le potentiel qui existait au sein du club, confirme le coach. Et aujourd’hui, si on en est là, c’est grâce au travail et à l’écoute des joueurs, et au soutien des dirigeants. On a tous ensemble suivi la même ligne de conduite, avec comme objectif supplémentaire, d’intégrer un maximum de jeunes. »
Egalement qualifié pour la demi-finale de la coupe du Centre-Ouest, c’est sur eux qu’a pu compter Ludovic Guérineau en quart de finale, pour faire soufflre quelques cadres. Et ils ont su répondre à son attente. Dimanche ils étaient encore trois U19 à participer au match de la montée. Antoine Péreira, Maxime Arnault et Valentin Morillon. Trois jeunes, en plus d’Alec Bescher, qui brigueront des places de titulaires la saison prochaine.
A la plus grande satisfaction de leur coach, qui savourait après la victoire contre Leroy Angoulême. « On ‘est super heureux. Même si on s’est fait peur en première mi-temps. Rater autant d’occasions peut souvent se retourner contre soi. Et si Romain Lelaure ne nous sort pas l’arrêt d’extra-terrestre à deux minutes de la pause, on ignore qu’elle aurait été la physionomie du match. Ensuite, on se doutait que face à cette équipe, dès qu’on parviendrait à marquer la tâche serait plus facile. On a réussi à le faire à des moments clé du match. Ce qui nous a permi de jouer la seconde mi-temps moins crispés. Et la réussite offensive est logiquement revenue. »
Se présente désormais pour les Léodgariens un nouveau challenge à relever. La coupe du Centre-Ouest et une demi-finale à disputer à Cozes, le week-end des 8 et 9 juin. La finale se disputant le 15 juin, jour des 50 ans du club, on pourrait parler d’apothéose en cas de victoire ! « C’est toujours plus intéressant d’avoir une fin de saison palpitante. On peut aujourd’hui ne se consacrer qu’à ce second objectif. Et qui sait ? » Oui, qui sait où s’arrêtera Saint-Liguaire ?

Cor. NR : Bruno Ahime