Points de vue croisés : Gadiou, Père&Fils

point_de_vue_croisee_gadiouVoici le sixième épisode un peu particulier, de nos points de vue croisés avec deux « anciens », très anciens du club : les Gadiou, Philippe (gauche) et Marcel (droite). Très honorés d’être interviewés, Philippe et Marcel avec émotion et beaucoup de sympathie nous donnent leurs ressentis.

 

Avant de commencer l’interview, je tenais à souligner quelques points avec vous chers lecteurs : Marcel qui a 79 ans, est d’une fraîcheur fantastique, constamment souriant et heureux de vivre. Il a une bonne humeur contagieuse, et que c’est bon de voir cela !

Depuis combien d’années es-tu à l’OL ? Raconte nous ton parcours de footballeur ?

MG : « Je suis là depuis le début tu sais, licencié en 1964 (rire) ! C’est très simple, j’ai joué deux ans au sein du club mais j’ai toujours joué au foot, on jouait avec mon entreprise (La Ramo) à la Tiffardière. C’était Xavier Rousseau le premier Président du club avec Guy Mercier qui lui n’était pas majeur. Ensuite, Claude Morin a assuré l’intérim, un grand monsieur, je le revois toujours. Et j’ai été dirigeant pendant une vingtaine d’années, notamment avec François Michaud, un vrai bonheur ! »

PG : « Je suis à l’OL depuis l’âge où on peut apprendre le foot c’est-à-dire à 6 ans. Donc si je calcule bien, ça va faire bientôt 42 ans ! Mon parcours de footeux commence donc à l’OL à 6 ans jusqu’à 19 ans. Après je suis parti à l’armée en service long à La Réunion pendant 20 mois (et oui les jeunes vous connaissez pas…). En revenant en novembre 1986, je suis tout naturellement revenu à l’OL mais je me suis retrouvé en 2ème réserve avec les anciens (Christian Vega, René Chatelier, René Dusval, etc.). Et même si je garde de très bons moments lors de cette  moitié de saison (notamment les mi-temps avec le remède magique : la valise aménagée avec la potion magique…), j’ai été tout de même frustré de ne pas joué plus haut, surtout que c’est certainement à cette époque que j’étais le mieux physiquement. Donc en fin de saison, je suis parti rejoindre St Rémy où il y avait pas mal d’exilés de l’OL (pour une autre raison…) et dont l’entraineur s’appelait Didier Gadiou. J’y suis resté quatre ou cinq ans où nous avons connus de très belles années, avec notamment une montée en 1ére Division (départementale bien sûr). Ensuite, retour à l’OL (la famille) pour jouer en réserve A car avec le boulot (sur Paris), je ne pouvais plus beaucoup m’entrainer et j’y suis encore avec les anciens le jeudi et un peu en Réserve B en D5. »

 

C’est une belle saison pour l’OL, es-tu fier de la relève en tant qu’ancien ?

MG : « Oui, je suis très fier des petits, d’ailleurs je voulais les féliciter pour cette montée en D.H.R ! On a connu ça il y a bien longtemps, deux montées consécutives jusqu’en PL, mais ça fait au moins 30 ans (1972-1973, sourire). Les générations se suivent et aujourd’hui ce sont les enfants de nos enfants qui sont là : Girodeau, Paquet, Texier… »

Comptes-tu finir ta vie sportive et associative à l’OL ?

PG : « Bien évidemment ! Pour ce qui est du sportif, continuer le plus longtemps possible à venir les jeudis avec les anciens, taper le ballon et surtout se retrouver après pour la 3ème mi-temps est essentiel. Ensuite, participer à la vie associative du club me parait simplement normal. »

Cite nous trois de tes plus grands souvenirs ?

MG : « C’est très dur tu sais, il y en a évidemment beaucoup. Je vais commencer par les deux montées consécutives que j’ai évoqué juste avant, avec F.Michaud, c’était fantastique ! Après je dirai, le tournoi annuel de La Rochelle, nous partions avec trois catégories d’équipes, deux bus, bref c’était de très bons moments, j’adorais ça. Et en tant que supporter, les années D4, les belles années de gloire du club ! »

PG : « Question difficile en effet car il y en a beaucoup, mais le plus beau reste les 3 années de Junior incontestablement. Du point de vue sportif bien sûr, avec deux Coupes des Deux-Sèvres dans les poches, mais surtout du point de vue humain. C’est à cette époque que la bande de copain s’est construite, avec notamment des sorties mémorables, n’est-ce pas Nico, Éric, Paulo, Le Grand, Pascal, Berty, Alain, Francky etc…(rire) ? Et le dimanche quand on arrivait pour le match en réserve, le coach, un certain Jo Riffault, nous rappelait que les « Niagaristes » avaient intérêt d’être bons, ce qui était toujours le cas évidemment. Et ce n’est pas un hasard si aujourd’hui encore, on se retrouve toujours ensemble. Après, il y a le tournoi de La Rochelle où toutes les équipes partaient en bus, de poussins à Junior. C’était vraiment une journée particulière pour nous, gamins. Je me rappelle notamment avoir reçue une coupe remise par Michel Hidalgo. Un autre bon souvenir est un match en particulier, je crois à Loudun, en quart de finale de la Coupe du Centre-Ouest en 1985 avant que l’OL ne gagne cette coupe. Avec Nico, on faisait un de nos premiers matchs en Première et ce jour là, le coach (François Michaud) n’était pas là et c’était Christian (son fils) qui s’occupait de l’équipe tout en jouant. Et je me souviens qu’on avait gagné 2-1 avec notamment un but de Nico Chatelier sur une passe décisive de Phis Gadiou. Enfin, un dernier bon souvenir (ça fait quatre tant pis, sourire), restera un match de Coupe de France à Brétignolles S/Mer en Vendée (malgré la défaite), en tant que supporter. Nico, Paulo et James s’en souviennent encore (fais comme l’oiseau)… »

Quels sont les hommes qui t’ont le plus marqués depuis 50 ans ?

MG : « Il n’y a pas vraiment d’ordre, c’est difficile encore une fois de définir une hiérarchie. Le Président Beaud m’a beaucoup touché ainsi bien sûr que François Michaud que j’ai côtoyer pendant vingts ans ! Et puis, mon copain Jojo, une petite main très importante à l’époque. »

PG : « D’abord il y a les coachs, le premier restera Michel Chatelier avec qui j’ai commencé à apprendre le foot et qui est malheureusement parti trop vite. Après, Léopold Landreau qui s’occupait de l’école de foot, et Jo en pupille avec deux Coupes Ufolep (ça doit rien dire aux jeunes ça !). Ensuite, il y a évidemment François Michaud et ses coups de gueules mémorables mais qui a indéniablement fait progresser le club du point de vue sportif. Après, il y a les joueurs et la génération de mes frangins que je suivais régulièrement. Et jouer avec Christian (Michaud) quelques années plus tard fut vraiment un plaisir (j’espère partagé…). Enfin, il y a un joueur qui n’a pas été longtemps à l’OL mais qui m’avait impressionné par ses qualités, c’est Roger Mita Koubou. Et bien sûr mon père Marcel qui joua les entraîneurs lorsque j’étais gamin et m’engueulait plus qu’il ne faut. Mais c’est surtout en tant que supporter exemplaire qu’il m’a le plus marqué. On ne pourrait citer tous les jurons sortis de sa bouche à l’encontre des arbitres ou supporters adverses. Je me rappelle pourtant clairement d’un échange avec un supporter adverse qui disait à peu près ceci : « Chez nous, les gros on les roule et les grands on les casse, alors tu vas pas venir nous faire chier ». Amis de la poésie… (rires). Pour finir, il y a toutes les équipes dirigeantes passées et actuelles qui ont fait et font encore un boulot formidable. »

Ton prono pour le déplacement de la première à Cozes en demi finale de la Coupe du Centre-Ouest le 9 juin ?

MG : « Ça va être difficile si ils sont un niveau au dessus, en plus deuxième… Mais il ne faut pas être défaitiste, je dirai 2-1 pour nous ! »

PG : « Pas facile, mais vu la dynamique du moment, je vois bien sûr une victoire Léodgarienne  2-1, après prolongations. Et après, ramener cette Coupe le jour des 50 ans du club serait un p’tit clin d’œil sympa, non ? »

Marcel tu veux dire quelque chose pour terminer ?
MG : « J’ai passé de très belles années au club, et ce n’et pas finit ! Revoir les jeunes, nos jeunes, est un vrai plaisir. Depuis peu, on retrouve les vrais vertus Léodgariennes, et ça me plait beaucoup. J’ai été constamment fidèle à ce club, j’aime encore et toujours venir voir nos équipes le dimanche. »

Preuve de la fidélité de Marcel Gadiou
Preuve de la fidélité de Marcel Gadiou

 

 

 

This article has 3 Comments

  1. Un sacré supporter ce  » cécél  » avec son ami jojo ! Manque plus que mon défunt grand père Bertrand …( qui pour ceux qui le connaissait faisait voler sa casquette a chaque but de l OL ! Lol ) pour former ce magnifique trio de supporters de l olympique leodgarien !

  2. marcel un pilier du club , j’espère te voir pour les 50 ans du cluballez les gadioux les Michaud les chatelier et bien sur les riffault!!!!!!!!!!

Les commentaires sont fermés