Vu dans la presse : Yaya Dissa le grand frère

Foot DHR St. Liguaire-Yaya Dissa (2)Depuis quatre ans, l’ex-professionnel et international malien guide avec succès ses jeunes coéquipiers léodgariens, vers les cimes du football régional.
A bientôt 36 printemps, Yaya Dissa en paraît dix de moins. Physique d’athlète, rappelant celui de l’ancien champion du monde de boxe Marvin Hagler, regard vif, capable de décocher l’éclair de la rage, autant que de délivrer l’émotion la plus tendre, il incarne depuis son arrivée, la réussite footballistique de Saint-Liguaire.

Si Yaya dit ça…

Il est le guide d’une génération douée et florissante. Celui qui apaise, transcende ou rassure, ou qui force quand il le faut, la décision à lui tout seul. Son parcours atypique résume à lui seul sa personnalité. « Après mes débuts en amateur au Mali, je suis passé professionnel à 18 ans en Arabie saoudite, dans le club d’Al Shabab. » Trois saisons plus tard, sa carrière se poursuivra en Grèce, où il évoluera successivement à Athinaikos, Kerkyra, Patraikos, avant d’atterrir aux Chamois Niortais, un club dont son jeune frère avait porté les couleurs. « Aujourd’hui, mon frère Mahamadou évolue en Belgique, au KV Ostende. »
Au bout d’une saison en Ligue 2 puis une autre en National, perturbée par des ennuis musculaires, Yaya prend alors un virage à 180 degré, pour redécouvrir le monde amateur. « Rodolph Sarrieau, le président de l’UA Saint-Florent de l’époque, que je remercie au passage, m’a demandé de signer en Division d’Honneur, tout en me proposant une reconversion dans la maçonnerie. J’ai accepté. C’est dans ce club que j’ai rencontré Ludovic Guérineau, que j’ai rejoint ensuite à Saint-Liguaire. Ici, j’ai découvert une seconde famille. Sportivement, j’ai connu toutes les montées, et aujourd’hui, je ne suis pas inquiet quant à notre future saison en DH. Le groupe a largement le potentiel pour s’y maintenir. »
Il reste maintenant à terminer en apothéose une saison déjà exceptionnelle. « Je reste persuadé que les jeunes ont acquis assez d’expérience pour faire face à cette impressionnante formation bressuiraise. Quand on a le monopole du ballon, ça nous est plutôt favorable. Le groupe a tout pour que ça passe. »
Si Yaya dit ça…

Bressuire (DH) – St-Liguaire (DHR) à 19 h, stade Métayer.

l’adversaire

Une charnière centrale inédite à Bressuire

Les Bressuirais, tout juste titrés en DH et leur accession en CFA 2 en poche, se présenteront libérés pour affronter Niort Saint Liguaire ce samedi en demi-finale de la coupe Centre Ouest. L’état des corps, en revanche, est plus problématique. La question du jour résidera dans la récupération et l’état de fraîcheur des locaux plutôt que dans la motivation.
En effet, le FCB jouera samedi son trente-septième match officiel de la saison (coupes et championnat confondus). Xavier Benaud, l’entraîneur du club, va devoir également composer avec les blessés, les suspendus et les absents prévus de longue date. « On vient de jouer neuf matchs en mai, ce qui forcément laisser des traces sur les organismes. Il faut composer avec.. »
Beillard (absent pour son mariage), Decaudin (suspendu), c’est une charnière défensive inédite qui sera alignée pour l’occasion. Offensivement, par contre, Bressuire disposera logiquement de toutes ses armes pour tenter d’obtenir son billet pour la finale, prévue le week-end suivant, à Saint Julien, près de Limoges.

les équipes

Saint-Liguaire : Lelaure, Lassalle, Raison, Morillon, Robelet, Arnault, Dissa, Métois, Thévenet, A Paquet, Nicole, Bobineau, Péreira, Giraudeau.
Bressuire : Sauvage, Brebion, Brémaud, Caillé, Frouin, Eustache, Bacle, Picault, Vergnaud, Lecante, Gireault, Hay, Ouvrard, Bécot.
Arbitre : M. Brouard.

Cor. NR : Bruno Ahime

This article has 1 Comment

Comments are closed.